Tennis Actu UK Tennis Actu ES Tennis Actu IT Tennis Actu DE
ITW
ITW - Franck Boucher : 'Il faut être positif autour de Roland-Garros' Photo : @TennisActu / TennisActu.net

ITW - Franck Boucher : "Il faut être positif autour de Roland-Garros"

Depuis l'arrêt des circuits ATP, WTA et ITF, début mars, de nombreux acteurs du tennis n'ont pas caché leur pessimisme quant à une reprise en 2020 ou encore au maintien de Roland-Garros reporté du 27 septembre au 11 octobre. Franck Boucher fait partie des rares à vouloir maintenir un vent d'optimisme. Responsable tennis pour New Balance France et brand manager chez Yonex, Franck Boucher est pourtant pleinement impacté par cette crise liée au COVID-19. Mais cela ne l'empêche pas de rester positif et il faut reconnaître que ça fait du bien !

"Je n'ose même pas penser à une annulation de Roland-Garros"

Loin d'être sûr de lui et d'assurer connaître le futur proche du tennis, Franck Boucher a expliqué à Tennis Actu pourquoi "voir tout en noir n'est pas une solution" et pourquoi tous les acteurs du tennis en France doivent être "hyper positifs" autour de Roland-Garros mais aussi de la pratique du tennis dans le pays. Doit-on être inquiet pour l'économie du tennis en France et dans le reste du monde ? Franck Boucher nous a confié sa vision de la situation ainsi que ses messages de soutien envers les magasins spécialisés dans le tennis en France. Un peu d'optimisme ne fait pas de mal en ce moment.  

 

"Voir tout en noir, ce n'est pas une solution"

Franck Boucher, vous faites partie du monde du tennis mais pas sur le court, dans l’aspect purement business ? Racontez-nous un peu votre parcours et qui vous êtes ?

Je suis avant tout un passionné de tennis. J’ai commencé tout petit en club dans le Val de Marne. Comme beaucoup de joueurs, j’ai été enseignant pendant 5 ans puis j’ai ouvert un magasin spécialiste tennis dans une suite logique de ce qui est ma passion : le tennis. Au bout de 5 ans d’ouverture du magasin, je suis rentré chez la marque Head comme responsable promotion et responsable des joueurs de haut-niveau. J’ai fait le circuit mondial avec suivi des joueurs, aides des joueurs et des détections des futurs champions. J’ai fait ça pendant 18 ans et puis ça fait 6 ans maintenant que j'ai monté ma propre société de distribution et de conseil pour les marques de sport et tout particulièrement pour le monde du tennis. 


Comment ça se passe pour le sport business ? Est-ce qu’il y a toujours de l’activité malgré l’arrêt du tennis ?

Non, non ! On ne peut pas dire qu’il y ait de l’activité. Il y a des activités à l'intérieur de la société pour dire répondre à des questions : Comment va-t-on faire ?  Comment va-t-on redémarrer ?  Quelles sont les opérations qu'on peut éventuellement monter avec nos magasins spécialistes tennis ? Comment peut-on les accompagner surtout ? Comment va-t-on pouvoir faire que la reprise soit bonne pour eux comme pour nous ? Mais en termes d'activité, malheureusement, aujourd'hui 100% de nos magasins sont fermés donc on ne peut pas faire grand-chose.

 

Avec votre expérience, comment voyez-vous les choses en 2020 ?

Ecoutez, il n’y a qu'une seule chose à penser, c'est qu'il faut être très courageux aujourd'hui et voir les choses positives parce que si on redémarre en voyant tout en noir, ce n’est pas une solution. Il va falloir aussi activer tout ce qu'on peut et aujourd'hui, les magasins spécialistes tennis, je pense qu'ils sont en train de s’armer par rapport à ça. Ils sont en train de se bouger, de voir que l'activité peut être bonne pour eux, que ces magasins s'aperçoivent peut-être que les gens ne voudront pas aller dans les grandes surfaces, ne voudrons pas côtoyer beaucoup de monde et que chez les spécialistes, il va y avoir un accueil, il va y avoir une bonne hygiène, il va y avoir aussi du service et je pense que le tennis qui fait partie, comme vous avez pu le voir, des premiers sports qui vont reprendre le 11 mai, je pense qu’aujourd'hui on a plein de cartes à jouer pour que l'avenir soit bon. En tout cas, il faut y croire, il faut actionner tout ce qu'on peut et je pense que c'est une période dure mais une période qui peut remettre en question pas mal de choses sur le professionnalisme des magasins, sur l'accueil de magasins, mais je pense que ça peut remettre en question beaucoup de choses et plutôt positivement.

 

Lucas Pouille : "Je ne vois pas comment le tennis peut reprendre"

 

"Le tennis a une très très bonne carte à jouer"

Est-ce que dès le 11 mai, on s'attend à une bonne reprise ou on se dit qu’il va falloir attendre plusieurs mois avant que l’activité reparte ?

Ecoutez, je pense que les 4, 5 sports qui ont le droit aujourd'hui de reprendre comme le tennis le golf le running… Aujourd'hui c'est au club, c’est aux magasins spécialistes, c’est aux marques, de s’adapter et de saisir l’occasion parce que beaucoup de gens veulent faire du sport. Beaucoup ont investi dans du matériel, des chaussures, des vélos d'appartement. Tous les réseaux sociaux montrent des images de sport etc… Je pense que, peut-être, les gens vont s'apercevoir que le sport est super important dans leur vie et que ça va permettre de se déstresser, d'éliminer un petit peu, de se remettre un peu en question. De voir que le sport est essentiel. Donc si nos hypers spécialistes, eux et tout le monde du sport, se bougent pour passer des messages positifs, je pense que le sport va devenir quelque chose de très important dans notre vie de tous les jours.

 

Est-ce qu’une reprise nationale pourrait suffire à sauver l’économie du tennis en France ?

Pour l'économie du tennis en France, on n'a pas besoin d'avoir des Anglais ou des Allemands ou des Italiens. Chacun consomme du tennis dans son pays en dehors bien sûr de tout ce qui est des tournois internationaux, où c'est une autre partie. Mais en revanche tout ce qui est économie en France, le fait déjà que les gens vont moins voyager cet été en vacances et qu’ils vont être beaucoup plus présents dans les clubs en France, va faire que la consommation du sport, la consommation du tennis va être plus importante. Donc forcément, les magasins vont avoir plus de retombées directes parce que les gens seront restés et n’auront pas été à droite à gauche en vacances. Quand on voit qu’aujourd'hui, on n'est pas sûr qu'il y ait des plages ouvertes, pas sûr qu'il y ait des restaurants, pas sûr qu'il y ait des hôtels ouverts, qu'est-ce qui va faire que le tennis va certainement beaucoup plus être une priorité pour les gens ? C'est le club qui est à côté de chez eux, les cours qui seront ouverts, ce sont les magasins spécialistes qui seront à leur disposition. Tout ça va faire que je pense que le tennis a une très très bonne carte à jouer et que la consommation du tennis comme du sport en général va être beaucoup plus forte. Donc il faut voir les choses positives.

C'est sûr que l’on vit un malheur aujourd'hui nous mais pour le côté tennis, le plus important, c'était la réouverture des clubs. Parce que le fait de pouvoir jouer en simple, ça réactive un sport, ça réactive des motivations pour aller faire du sport. Ça va venir tranquillement, les tournois pourront certainement revenir en juillet, peut-être jouer en double au mois de juin. Le plus important, c'était la reprise pour les magasins, comme pour les clubs de tennis, comme pour les licenciés, comme pour les passionnés de tennis. Plus c'était tôt mieux c'était, car c’est quand même un sport où l’on n’est pas obligé d'être collé à quelqu'un donc c'est un sport facile pour éviter d'avoir le virus.

 

 

Roland Garros annulé ? "Je n'ose même pas y penser"

Quelles seraient les conséquences de l’annulation de Roland-Garros ?

Je n’ose même pas y penser ! Je n’ose même pas penser un jour, quand je me lève un matin, que Roland-Garros soit annulé. Il faut vraiment que la fédération, il faut vraiment que le ministère, il faut vraiment que tous les gens qui font un peu de lobbying sur le tennis, soient hyper positifs par rapport à Roland-Garros et trouve le maximum de solutions pour qu’ait lieu cet événement. Pourquoi ? Parce que le tennis, ça passe aussi par Roland-Garros. Pourquoi Roland Garros ? Parce que c'est aussi beaucoup de budget donné par la fédération grâce à Roland-Garros pour aider les ligues, pour aider les clubs, pour aider les profs, pour aider tous ceux qui sont autour. Il n’y a pas que les joueurs, c'est pour tout l’écosystème autour de Roland-Garros.

Ça peut être les agences d'hôtesses, les agents de sécurité, tout ce qui tourne autour de Roland-Garros est essentiel. Pour une marque, le fait de parler pendant 15 jours, 3 semaines, d'un événement dans tous les médias, à la télé, dans les radios, c'est quelque chose qui est essentiel parce que c'est à ce moment là aussi qu’il y a beaucoup de nouveautés, c'est à ce moment là que les marques font des événements, c'est aussi un moment où les joueurs partagent des événements avec les marques pour lancer des produits. C'est essentiel ! Donc je n’imagine pas une seule minute qu’il n’y ait pas Roland-Garros et que tout le monde ne se batte pas pour qu’il y ait Roland-Garros. Et je dirais même mieux, les joueurs doivent aussi préconiser le fait qu’aujourd’hui Roland Garros, c'est essentiel pour eux comme pour nous.

 

Ceux qui doutent du maintien de Roland-Garros, ceux qui sont plutôt négatifs, ça vous dérange ?

Oui ça me dérange ! Ça me dérange parce qu’aujourd'hui on doit être tous motivés pour que cet événement ait lieu. On n'est pas là pour faire de la politique, on est là pour son sport : le tennis, et pour le marché qu’il y a autour. Qu’on n'aime pas la fédération, ça n'a rien à voir. Aujourd'hui, être solidaire de la fédération pour qu'ils aient vraiment la possibilité de le faire, c'est essentiel. Dire ça, ce n'est pas de la politique, c'est pour son sport qu'on aime et c'est pour tout ce qui tourne autour de ce sport et de Roland-Garros.  


On entend parler de quelques mesures d’aides pour soutenir les joueurs en difficulté ? Qu’en pensez-vous ?

Bien évidemment que le tennis de tennis doit aider tous les joueurs. Ce qui est important, c’est qu’il ne s’agit pas là d’un combat entre les joueurs qui sont dans les 50 meilleurs joueurs du monde et puis le combat avec le joueur qui est 500e. Tout le monde doit avoir une chance de réussir à monter effectivement dans les 50 meilleurs joueurs du monde. Aujourd'hui, c'est évident qu’un joueur qui est dans le top 10, il se pose un petit peu moins la question. Le tennis c'est un tournoi, c'est 128 joueurs, ce sont les Challengers, ce sont des Futures, ce sont des tournois internationaux, ce sont des jeunes. Tout le monde est important dans ce monde du tennis ! Ce n’est pas juste de dire « on va privilégier certains joueurs », il faut aider tout le monde, à chacun son niveau.

Déjà le fait de réouvrir le 11 mai va permettre à certains joueurs de de nouveau jouer parce que certains joueurs arrivent à jouer aujourd'hui, mais il y en a d'autres que je connais qui s'entraînent dans leur garage et même s'ils sont 150e ou 60e ou des jeunes juniors donc aujourd'hui, la meilleure chose, c'était d'ouvrir rapidement pour que ces joueurs puissent rejouer et puissent regagner leur vie, même si ça, ça viendra en 2e partie, au moment où tout sera sécurisé pour ces joueurs bien évidemment, pour ne pas les envoyer à l'abattoir.  Ce n’est pas parce qu'ils ne gagnent pas d'argent, qu’il faut faire n'importe quoi, au contraire, il faut les protéger.

A un moment, on parlait que les 100 premiers joueurs allaient peut-être aider les autres joueurs, je pense que c'était une bonne voie. Bien sûr, il y a certains joueurs qui disent « oui mais lui c'est un ancien qui était dans le top 50. Il a gagné beaucoup d'argent » Effectivement peut-être quelques-uns… Mais il faut aider ces joueurs car c'est certainement aujourd'hui pour eux beaucoup plus difficile que quelqu'un qui a déjà très très bien gagner sa vie.

 

Bernard Giudicelli justifie le report de Roland-Garros 

"Il faut que tout le monde s'entraide et c’est essentiel"

Des tournois peuvent-ils disparaître à cause d’une annulation en 2020 ?

Ecoutez je n’espère pas, j'espère que les fédérations de chaque pays vont aider les tournois, vont trouver peut-être des partenaires pour eux, vont trouver des solutions pour eux. Ou même des joueurs qui puissent aider ce style de tournois. Les très gros tournois, je pense qu'il n’y aura pas de problème par rapport à ça parce que les grosses sociétés qui sponsorisent ces tournois, elles ont besoin aussi de visibilité, elles ont besoin de montrer qu'elles sont solidaires donc je ne vois pas pourquoi de très grosses sociétés du jour au lendemain arrêteraient, au contraire, il faut que tout le monde s’entraide.

Après il peut y avoir des petites différences au niveau financier, des petits moins mais ne travaillons pas sur l'instantané, travaillons sur du long terme et que chaque société qui a été fidèle à ces tournois, soit de nouveau fidèle, peut être sous d'autres conditions mais aujourd'hui il ne faut pas parce qu’il y a eu 2 mois, 3 mois, 4 mois, 5 mois difficiles… les lâcher. Il faut que tout le monde s'entraide et c’est essentiel. C’est bien évident que les partenariats des grosses sociétés passent par là et doivent être solidaires.

 

Peut-on s’attendre à une chute des prize-money lorsque le tennis reprendra ?

Ça peut se produire bien évidemment. Si les sociétés, financièrement, donnent un petit peu moins, ça va surtout se voir sur les prize money, vous avez complètement raison. Si ça baisse, un petit peu de 10% ou 20% pendant une année ou 2 pour que tout le monde qui se remette à niveau, il vaut mieux ça que rien du tout. Je ne peux pas me mettre à la place des joueurs, ni parler à leur place. Ce qu'il faut surtout garder, c'est un prize money pour les joueurs qui sont au-delà de la 150e place voire 100e place parce qu’eux, ils ont réellement besoin pour se déplacer, pour payer leur coach, pour payer leurs frais, donc si vraiment les premiers tournois, Challengers et Futures, baissent les dotations, là ça va commencer à être compliqué pour ces joueurs de voyager. Parce que financièrement s’ils ne s’y retrouvent pas, s’ils vont faire un tournoi pour perdre de l'argent à chaque fois, ça ne sera pas possible.

J'espère que tout le monde va être solidaire par rapport à ça et j'espère pour que les joueurs puissent continuer à porter ces rêves qu’ont des millions d'enfants ou de personnes pour voir jouer des joueurs, ce sont tous les niveaux, il n'y a pas que le numéro un mondial qui est intéressant. C'est le sport, le tennis en global. J'essaye d'être optimiste oui par rapport à ça, que tout le monde prenne en charge une petite partie et que ça puisse redémarrer. Et que surtout les gens se souviennent de ceux qui ont aidé le tennis dans 2 ans, quand tout ça sera derrière nous.

 

"Plein de joueurs galéraient déjà avant..."

Est-ce que cette crise va fragiliser encore plus les « petits » du tennis ?

Je n’espère pas, j’espère que notre monde donnera la chance à tout le monde et qu'on trouvera des solutions pour tous les joueurs du monde entier pour qu'ils puissent faire, et leur passion, et leur métier. De toute manière, on sait qu'aujourd'hui tous ces joueurs galèrent déjà, il n’y a pas besoin du COVID, pour savoir qu'ils galéraient. Je pense qu'ils trouveront peut-être d'autres solutions, peut-être que les tournois les aideront davantage ou les aideront au niveau des hébergements, au niveau de la restauration. Je pense que si tout le monde s'aperçoit que la base du tennis est essentielle, je pense qu’à ce moment-là, il n’y aura pas de problème pour les joueurs. Et puis après il y a le talent, mais le plus important c'est de donner la chance à tous les joueurs.

 

Et le sponsoring ? On imagine que les grands groupes qui investissent dans le tennis, ne vont pas pouvoir garder le même niveau d’investissement dans le sport qu’avant la crise ?

Tout le monde doit être solidaire. Les joueurs qui sont payés très cher, ce sont des joueurs qui doivent aussi rapporter pour les marques. Rapporter, c’est à tout niveau, c'est en termes d'image, en termes de ventes etc… c'est pour ça qu’on sponsorise les joueurs, il ne faut pas se le cacher.  Ce qui est important, c'est que les marques soient solidaires de leurs joueurs, puissent continuer à les sponsoriser. Et peut-être que les joueurs soient présents pour des présences plus fortes, des animations plus fortes, d’être là dans des événements. Les marques ne sont pas juste là pour donner un chèque ou donner des vêtements. Il faut aussi un retour derrière. Tous ces joueurs qui ont bien compris cela, je ne vois pas pourquoi une marque les lâcherait. Nous sommes dans la même galère. Nous sommes avec eux, nous ne sommes pas contre eux.  

 

Et des contrats de sponsoring revus à la baisse ? Ce serait logique ?

Ça serait logique oui et non parce que tout dépend de la qualité de ce que je viens de dire, de l'engagement du joueur. Si un joueur joue le jeu, comme certains joueurs, fait vraiment vendre, voilà…  Un tournoi veut avoir les meilleurs joueurs parce que c'est ça qui fait que les gens viennent au spectacle, achètent des places. Bien sûr qu'il va y avoir de la casse, bien sûr qu'il y a des contrats qui qui risquent d'être arrêtés ou pas renouvelés mais ça c'est déjà le cas depuis un moment. Il ne faut pas utiliser le virus comme justification pour arrêter tout ça.  Tout ça fait partie du tennis, du monde du sport, tout ce qui est dotation tout ce qui est financement tout ce qui est contrats financiers, c'est le jeu et c'est le monde professionnel.

 

Finalement vous êtes clairement contre l’idée que le COVID-19 soit utilisé comme prétexte par un joueur ou une entreprise pour mettre fin à une collaboration ?

On n’est pas là pour profiter d’une situation et arrêter un contrat. J’essaie d’être optimiste à tous les niveaux, peut-être trop…  J’essaie de défendre les joueurs, les marques, les magasins spécialistes tennis, tout l’écosystème du tennis. Il faut vraiment que chacun fasse des efforts. S'il faut baisser un petit peu le contrat, on baisse pour l'année d'après. On n'est pas là pour essayer de grappiller.

 

Manon Arcangioli nous parlait de ses soucis financiers

La fusion ATP/WTA : "C’est aux joueurs de décider"

Et la fusion ATP/WTA Qu’en pensez-vous d’un point de vue économique ?

J’avoue que je ne suis pas expert sur ce sujet. Est-ce qu’est-ce que si c'est pour une question de finance ? Si c’est positif, il faut le faire. Si les filles se retrouvent dans cette situation, c'est à elles de choisir, donc si elles trouvent ça bien et bien bravo. Moi j'essaie toujours d'être un peu positif sur ce qui pourrait faire avancer le tennis. Si c'est une solution pour rassembler les gens, pour être plus performant, pourquoi pas ? Mais je pense là vraiment que c’est aux joueurs de décider. Je n’ai pas discuté avec des joueurs et des joueuses avec qui je suis en contrat. Je pense qu'il faut surtout demander aux joueuses.

 

Marat Safin a émis des doutes sur cette fusion, en expliquant notamment que le « produit WTA » était moins facile à vendre que celui ATP. Etes-vous d’accord avec ça ?

Alors, Marat Safin, c'est quelqu'un que j'aime beaucoup, je me suis occupé de lui pendant plus de 10 ans, c'est un de mes joueurs préférés alors c'est difficile de dire quelque chose contre lui. C'est quelqu’un que j'ai beaucoup aimé et qui était un vrai joueur sympa. Je pense vraiment que la WTA doit fixer les limites et les avantages d'être avec l'ATP. Je ne sais pas quel avantage il y aurait pour l’ATP.  Je ne suis pas assez expert pour en parler là. Marat voit peut-être que le tennis masculin est plus performant aujourd'hui. C’est peut-être vrai, aujourd'hui on met beaucoup plus en avant certains joueurs de l'ATP que la WTA. On voit énormément de joueuses, un vrai turnover en termes de résultats. Il y a beaucoup de filles qui jouent très bien et en même temps est-ce qu’aujourd'hui on connaît aussi bien la numéro un mondiale qu’un Federer ou un Djokovic ou Nadal , Est-ce qu'ils mettent assez en avant leurs joueuses ? Je n’en suis pas persuadé. Mais je ne suis pas assez expert pour en parler encore une fois.

 

Vous nous parliez de Marat Safin, j’imagine que vous avez collaboré avec beaucoup de grands ?

Je m'occupais d'une marque qui s'appelle Head. Pendant une période en France il y’avait 80% des joueurs en première série qui utilisaient du matériel Head. Au niveau international des joueurs comme Safin, Ivanisevic, Agassi, Muster, et en France Monfils, Simon, Pioline... Je me suis occupé dans toute ma carrière de plus de 2000 joueurs, que ça aille de Richard Gasquet quand il avait 8 ans jusqu’à Djokovic. Le plus passionnant dans ce métier, effectivement, c’étaient les joueurs mais aussi la détection et surtout ne pas se tromper de joueurs parce qu’il y a tellement de choix dans le monde, il y a tellement d'enfants qui jouent très bien. Le plus dur c'est de connaître et de savoir qui est le futur top joueur et de ne pas se tromper pour les marques.  Et encore maintenant pour Yonex, je travaille pour la détection des futurs joueurs depuis plus de 3 ans : c'est une vraie passion, c'est très intéressant.

 

Vous connaissez donc les futures top joueurs français de demain ?

Alors c'est difficile de répondre aujourd'hui. On forme des teams avec des joueurs de 10 ans jusqu’à l’âge adulte. Il y en a certainement qui arrêteront peut-être à 18 ans mais il y en a d'autres qui arriveront certainement dans le top 50, peut-être 20 et j'espère en tout cas pour eux. C'est pour ça aussi qu'on les aide et c'est pour ça qu’aujourd’hui, on essaie d'être le plus proche possible d’eux, de leur apporter le meilleur service. C'est ma mission aujourd'hui, d’être quelqu'un de présent avec eux et être à leur écoute. Je les ai tous contactés pendant cette période pour savoir comment ils allaient comment ils s'entraînent, si on pouvait trouver des solutions pour que dès qu’ils pourraient jouer au tennis, on trouve des partenaires, des entraîneurs, des coaches physiques, des gens qui vont travailler le mental avec eux. Aujourd'hui c'est très dur, depuis 2 mois, certains s’entraînent dans des garages, au mur, sont tout seul dans leur coin. On est là pour les aider et pour les soutenir.

 

"Il faut aussi être hyper positif pour les magasins spécialisés dans le tennis"

Avez-vous un dernier mot à faire passer ?

Je pense qu’il faut vraiment penser aux commerces. Je les ai souvent au téléphone, on essaie vraiment de trouver des solutions pour que les pratiquants de tennis soient bien accueillis et avec toutes les règles d’hygiène. C’est essentiel, je pense, d’aider les petits commerces. Je n’ai rien contre les grandes surfaces bien entendu, au contraire, mais les petits commerces, ce sont souvent des passionnés qui ne gagnent pas des sommes énormes. Je voulais juste avoir ce message positif et les soutenir aussi voilà.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Alexandre HERCHEUX

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les matches de Tennis c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des matchs. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au début du match. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité

L'actu en vidéo par Tennis Actu



News

Publicité

Sondage

Pensez-vous que l'US Open pourra t-il finalement avoir lieu ?







Partenaires

Publicité

Classement Mondial ATP

1 SRB DJOKOVIC Novak10220 pts
2 ESP NADAL Rafael9850 pts
3 AUT THIEM Dominic7045 pts
4 SUI FEDERER Roger6630 pts
5 RUS MEDVEDEV Daniil5890 pts
6 GRE TSITSIPAS Stefanos4745 pts
7 ALL ZVEREV Alexander3630 pts
8 ITA BERRETTINI Matteo2860 pts
9 FRA MONFILS Gael2860 pts
10 BEL GOFFIN David2555 pts

Classement Mondial WTA

1 AUS BARTY Ashleigh8717 pts
2 ROU HALEP Simona6076 pts
3 CZE PLISKOVA Karolina5205 pts
4 USA KENIN Sofia4590 pts
5 UKR SVITOLINA Elina4580 pts
6 CAN ANDREESCU Bianca 4555 pts
7 NDL BERTENS Kiki4335 pts
8 SUI BENCIC Belinda4010 pts
9 USA WILLIAMS Serena3915 pts
10 JAP OSAKA Naomi3625 pts